Etudier la mode, le modèle d'Anvers

Polla_OK_3_0_0_0.jpg

© DR

Au tournant de l’année, encore un peu de légèreté, toujours bienvenue… La mode est quelque chose de très sérieux, mais elle sait se prendre à la légère, et s’envoler aussi vite qu’elle est venue… On se souviendra longtemps du magnifique défilé de la HEAD (Haute Ecole d’Art et de Design) au Centre d’art contemporain cet automne: que de talents, quelle splendeur, si éphémères et si précieux.

 


Mais pour acquérir cette légèreté bienvenue, la mode se doit d’être très strictement enseignée par les uns et apprise par les autres. Le modèle même de l’Académie de mode (Académie, et non Ecole, son directeur insiste non sans raison), c’est l’Académie royale des Beaux-Arts d'Anvers. Ils sont nombreux à rêver, «ce sera Anvers ou ce ne sera pas»… Mais comment une Académie devient-elle ce lieu mythique aux côtés duquel il n’y a pas d’alternative? Walter Van Beirendonck, actuel directeur de l’Académie, styliste, artiste et enseignant passionné, explique: «Bien sûr, il y a l’Histoire, celle des 6 notamment: Dirk Bikkembergs, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Dirk Van Saene, Marina Yee et moi – aujourd’hui encore les 6 d’Anvers font rêver ceux qui veulent apprendre la mode. Mais il y a bien plus que cela: la rigueur de la sélection d’abord, celle de l’enseignement ensuite. La sélection, la même pour tous, est basée sur deux critères: d’une part sensibilité créative; de l’autre passion et ambition. «Sur cinq cents candidats, nous sélectionnons une soixantaine d’étudiants, dont une dizaine suivront le chemin jusqu’au bout. Tout au long de ce chemin, l’Académie crée un environnement qui apporte à la créativité des étudiants cette ‘extra-power’qui fait d’Anvers un tremplin sur lequel ils pourront rebondir à tout instant de leur carrière. Certes, il y a d’autres écoles, mais la situation de l’Académie est très particulière: d’une part nous sommes complètement intégrés dans l’Ecole d’Art et l’Université, et d’autre part nous mettons toute notre énergie à faire en sorte que les étudiants expriment leur personnalité, la spécificité de leur créativité, leur signature propre. De la première à la quatrième année, nous les guidons et les talonnons à la fois, ils ont le devoir et la liberté de chercher, de travailler, de creuser leur propre talent, de se confronter à eux-mêmes: une situation de luxe absolu, y compris pour les professeurs. Même si nous sommes toujours sous-payés, comme tous les enseignants d’ailleurs (sauf peut-être, en Suisse?) nous prenons un vrai plaisir, à stimuler la créativité, à vivre la mode. Vivre la mode, à chaque instant, car l’exigence de qualité ne permet à personne de rentrer chez soi le soir et de faire autre chose. Nous sommes sans cesse en train de travailler le rêve, de le pousser, car tout ce fourmillement d’idées se doit d’être transformé sans délai en vêtements, et les vêtements réalisés, fabriqués, coupés, cousus, portés… C’est très belge (et suisse aussi?) de ne pas être seulement dans le rêve ou le glamour, mais de nous situer dans un jeu d’équilibre entre créativité et réalisme, les deux aspects étant aussi importants l’un que l’autre dans la présentation finale d’une collection.»

 


Une chose est certaine, c’est que Walter Van Beirendonck vit ce qu’il enseigne et enseigne ce qu’il vit. Il expose en janvier ses créations artistiques à la galerie Polaris à Paris, un rendez-vous art et mode à ne pas manquer!
La mode, l’art: une même passion, un même travail. La passion au quotidien, indispensable pour survivre. Et le travail, quand il constitue la vie même. Le talent, disait Beethoven, c’est de travailler tous les jours. En toute légèreté.
http://www.antwerp-fashion.be/index.asp.
http://www.galeriepolaris.com/artistes.php?id=36

Publier un nouveau commentaire

Ses dernières chroniques

  • Epiphanie dans une ville argentine engloutie

    498770-epecuen-argentine_2.jpg

    En ce début d’année, je me trouve à l'autre bout du monde... A Epecuen, en Argentine. Mais qui se souvient de cette petite ville à 500 km au sud-ouest de Buenos Aires? Lovée au bord d'un lac salé, elle a été un haut lieu du tourisme argentin. Baignades, santé, beauté... Les thermes d’Epecuen étaient réputés et éclatants sur les cartes postales d’alors.

    Mais le 10 novembre 1985, une digue céda. La ville fut envahie par l’eau. Elle fut bientôt entièrement recouverte par le lac. ... Plus

  • Matina Paschali, 55 ans, SDF

    005.jpg

    J’ai rencontré Matina à la Biennale d’Athènes. Elle venait, invitée par Poka-Yio, le directeur de cette Biennale hors du commun (Agora, http://athensbiennale.org), y présenter, escortée de bien d’autres SDF, le magazine des SDF locaux, dans laquelle elle publie ses photographies – de SDF.

    Avant, dans sa vie comme la nôtre, elle était secrétaire, chez un un avocat. Quand celui-ci est mort, il y a une dizaine d’années, elle n’a pas ... Plus

  • Je bande comme un pays

    image-athenes.jpg

    Le 22 novembre 2013, dans le cadre de la Biennale d’Athènes, s’organise un symposium international sur le thème de l’érection: l’érection comme métaphore du désir, de la fierté, de la création, de la vie. L’érection philosophique, poétique, artistique, architecturale, symbolique. Ce projet émane directement de ce «Beautiful Penis» cher à la galeriste que je suis et dont Nicolas Poinsot avait parlé dans Les Quotidiennes à l’époque: Plus

  • De Turin, Artissima, et Cesare Pavese pour toujours...

    unknown.jpeg

    Chères Quotidiennes

    Devant la gare de Turin, la gare de Porta Nuova, l’hôtel Roma, qui fut un jour un hôtel luxueux et qui garde aujourd’hui cette sorte de distinction de la richesse pauvre, de ce qui était riche et qui est devenu pauvre, mais qui garde les goûts et les restes de la richesse. Les fauteuils recouverts de velours vieux-rose sont brossés de propre jusqu’à la corde chaque matin, les murs jaunis ont l’élégance des très vielles dames qui mettent leurs gants de dentelles ... Plus

  • Le Miel des Anges

    Katerina Iliopoulou

    C’est le 1er novembre. Le jour des morts ? Le jour de la vie.

    Sans les morts nous ne saurions exister. Ils sont là, bien plus nombreux que nous, les vivants, ils sont sous la terre, partout où nous posons les pieds, il sont dans les arbres, sous les feuilles pas encore tout à fait mortes mais tombées par monceaux sous la pluie d’octobre. Ils sont nos fantômes, nos souvenirs, nos compagnons. Ils sont notre avenir...

    Mais en attendant, la vie ! Et le Miel des Anges. Oui il est ... Plus

  • L’art, un espoir, même en prison ?

    Hombre Que Camina, Jhafis Quintero, video still, 2013.

    La prison, la dangerosité, la surveillance, agitent les esprits de Genève et d’ailleurs.
    Le meurtre d’Adeline nous bouleverse tous, nous concerne tous, et tous ensemble, nous désirons faire en sorte que jamais, un tel drame ne se reproduise.
    Certains prévoient ainsi de maximaliser les mesures de sécurité. C’est évidemment une piste.
    D’autres, dont je fais partie, cherchent d’autres pistes aussi, notamment des pistes pour améliorer le statut des prisonniers et les ... Plus

Barbara Polla

© DR

La chronique de Barbara Polla, médecin et galeriste

Lire la suite

Le questionnaire des Quotidiennes

Quelle femme n’aimeriez-vous pas avoir à serrer dans vos bras?

Aucune.

Quel homme n’aimeriez-vous pas avoir à serrer dans vos bras?

Aucun.

Lire la suite

Réseaux sociaux