A Montauban, les anges ont un sexe. Il est féminin.

Dumont480_92_0.jpg

© DR

La légende (mais en est-ce une?) veut que les Byzantins discutassent du sexe des anges en 1453, alors que les armées ottomanes s’emparaient de leur capitale. Il faut dire que, depuis mille ans, les querelles théologiques passionnaient autant les Grecs d’Orient que ne peuvent le faire en 2009 les téléréalités. Avec des suites tout ce qu’il y a de plus concrètes. Si les Français ne se sont pas entre-tués pour «Le Loft» ou «L’Ile de la tentation» («vote pour Loana, ou je te bute»), les Byzantins se sont massacrés pour (ou contre) l’humanité du Christ et l’importance des icônes.

 

Tout cela est-il du passé? Pas vraiment. Capitale du rugby, Montauban connaît aujourd’hui un nouveau débat sur le sexe des anges. Qui en est la cause? Ingres. Entendons-nous. Le cher homme lui-même ne porte aucune responsabilité. Il s’agit juste de l’exposition «Ingres et les modernes», qui rend aujourd’hui hommage au maître dans sa ville natale (1). Plus de 200 œuvres illustrent sa surprenante postérité.

 

C’est là que nous arrivons aux anges. En 1824, Ingres avait peint pour «sa» cathédrale «Le vœu de Louis XIII», un énorme tableau où la Vierge est découverte au public par deux mammifères volants, qui entrouvrent un rideau. A son habitude, l’artiste avait commencé par les dessiner nus. Pour lui, la vérité se situait au départ à poil. La princesse de Broglie, la comtesse d’Haussonville, la baronne de Rothschild (née Rothschild, puisqu’elle avait épousé son oncle) auraient ainsi été bien surprises de se retrouver sans rien sur le dos sous le crayon de leur portraitiste favori. Mais c’était comme ça.

 

Afin de payer son tribut à Ingres, Ernest Pignon-Ernest a donc repris les esquisses, qu’il a démesurément agrandies. Puis il a collé ses variations sur la façade de la cathédrale de Montauban. La population a donc pu voir de ses yeux ce que les Byzantins imaginaient dans leur tête. Les anges sont définitivement féminins. Vu leurs jambes écartées, la chose ne fait aucun doute.

 

Les jeunes traditionalistes (c’est le nom qu’on donne aux extrémistes) ont mal pris la chose. Luttant contre «l’impudeur», ces catholiques d’une vingtaine d’années ont commencé par téléphoner à l’Evêché, qui les a envoyés paître. Comme Ponce-Pilate, l’évêque s’en lavait les mains. «Si je suis responsable de l’intérieur de l’église, les murs appartiennent à la Mairie.» Cette dernière a joué les grandes muettes. Il fallait faire quelque chose.

 

Armés de manche à balai, sur lesquels ils avaient scotché des feuilles blanches destinées à masquer les vulves protubérantes, nos jeunes ont donc passé à l’attaque nocturne. Tout s’est bien passé avec l’angelot de gauche. Pas avec celui de droite. La police, qui passait par là, a intercepté le commando. Ce petit monde a fini au poste.

 

Il a pu voir deux jours plus tard que l’opération n’aboutissait pas comme prévu. Les journaux locaux faisaient leurs choux gras de l’affaire. Les passants, qui n’avaient peut-être pas remarqué les anges, ne regardaient plus qu’eux. Bref, l’intégrisme se retrouvait, lui, dans les choux. Espérons au moins que ce ne sont pas ceux où naissent les enfants.
(1) Musée Ingres, Montauban, jusqu’au 4 octobre. Excellent catalogue.

Publier un nouveau commentaire

Ses dernières chroniques

  • Un calendrier avec les plus beaux prêtres d'Italie!

    Difficile de ne pas le voir, si sélectif que puisse se montrer le regard. Dans la plupart des villes italiennes, le calendrier 2014 se trouve affiché dans tous les kiosques. A Venise, il est en plus jumelé avec une entreprise concurrente, dédiée cette fois aux gondoliers. 

    De quoi s'agit-il? Du «Calendario romano», consacré aux plus beaux prêtres d'Italie. La chose, sur laquelle le site idoine ne donne presque aucun renseignement, date en tout ... Plus

  • Congédiée pour vendre de la lingerie pendant ses heures de travail

    C'est le très sérieux (et très gauche caviar) hebdomadaire «Le nouvel Observateur» qui véhicule la nouvelle sur son site. Il y a donc intérêt général. Il faut dire que l'affaire risque d'avoir des répercussions sur la vie de bien des gens. Surtout dans un pays où le travail devient une denrée rare. 

    Nous sommes à Pau, la patrie d'Henri IV. Une jeune femme, dont le nom ne se voit pas précisé (nous ne sommes pas aux Etats-Unis), travaille dans ... Plus

  • La révolution immorale du Monopoly n'aura pas lieu

    Prochaine chronique le jeudi 5 septembre

    Petites causes, grands effets. Il y a un mois filtrait un bruit révolutionnaire. La firme Hasbro allait supprimer du Monopoly la case prison. Le monde allait s'en retrouver chamboulé. Pensez! La morale ne serait plus sauve dans ce jeu destiné à l'éducation des enfants. Il faut toujours une justice, comme dans les vieux films hollywoodiens. Difficile d'apprendre à ces chers petits que la chose, ... Plus

  • Les cadenas des amoureux. Un danger public pour un élu parisien!

    Prochaine chronique le lundi 26 août

    Ah, l'amour, l'amour... Non seulement les gens sont supposés en éprouver, mais il leur faut de plus en donner des manifestations. Comme il s'agit d'un lien, d'aucuns ont imaginé, il y a quelques années de le symboliser par un cadenas. Ce dernier se voit verrouillé dans un lieu romantique. Si Venise semble curieusement épargnée, Paris ne l'est guère. Dans la ville d'Amélie Poulain (c'est ainsi que ... Plus

  • Quand on est deux. Pleucadeuc organise en Bretagne sa foire aux jumeaux

    Prochaine chronique le vendredi 23 août

    Voulue mystérieuse, la Bretagne passe volontiers pour un monde différent. Un ailleurs. Il y aurait toujours du mystère au pays des dolmens et des menhirs. Astérix a conforté la légende. Il s'agit non plus aujourd'hui d'un village, mais d'un pays d'irréductibles. 

    C'est donc à Pleucadeuc, près de Vannes, qu'a lieu depuis 1994 la «Fête des deux et plus». De quoi ... Plus

  • Une navette spatiale pour les cendres des défunts...

    Prochaine chronique le lundi 19 août

    «Mourrez. Nous ferons le reste.» On connaît la devise de bien des entreprises funéraires américaines. Celle-ci ont déjà inventé bien des moyens de rendre la dernière demeure plus douce, du moins pour les survivants. Il y avait ainsi des parcs sentimentaux. Notez que, pour le principal intéressé, les choses demeuraient inchangées. Il finissait toujours au fond d'un trou. Six pieds sous terre. Loin ... Plus

Etienne Dumont

© DR

La petite chronique féminine insolite de la Planète. Etienne Dumont est une sorte d'encylopédie. Tout l'intéresse. Toutes les formes de cultures, peintures, théâtres, littératures, histoires sans oublier les potins qui chahutent la planète. C'est un journaliste, il travaille à la Tribune de Genève, et un conteur d'histoires. Il est en vérité le chouchou des Quotidiennes. Et son look? Une oeuvre d'art.

Lire la suite

Le questionnaire des Quotidiennes

Quelle femme n’aimeriez-vous pas avoir à serrer dans vos bras?

Une femme politique genevoise.

Quel homme n’aimeriez-vous pas avoir à serrer dans vos bras?

Gérard Depardieu. Avec ses 150kilos, je n’y arriverai jamais.

Lire la suite

Réseaux sociaux